Un peu d’histoire sur la branche française

A la recherche de notre lien à l’Irlande


Acte de mariage de Germain de Nel avec Antoinette Garnier, le 28 octobre 1659.

A Bar-le-Duc, en Lorraine, se marie en 1659 un personnage dont nous ignorons encore la filiation, mais qui fut le premier de nos ancêtres à faire souche en France : « Germain de Nel », tel que le retranscrivirent les prêtres, notaires et autres préposés de registres peu accoutumés à l’étrange sonorité des noms gaéliques. C’est lui qui est à l’origine de la branche française à laquelle nous appartenons.

N’ayant que le souvenir de leurs illustres ancêtres, leur épée et leur savoir-être pour fortune, Germain et ses descendants s’établirent successivement en Lorraine, en Franche-Comté, en Bourgogne, au Canada français et en Bretagne, avant de se fixer majoritairement à Paris.

Passant à travers les guerres, l’exil et l’incertitude pour leur vie, ces Irlandais tant éprouvés conservèrent intacts leur esprit de résilience et leur goût de vivre… et nous voici aujourd’hui, grâce à eux ! Que nos efforts aujourd’hui à retrouver leur trace et à s’inspirer de leur exemple leur rendent existence et hommage.

Au cri de « Lámh dhearg Éireann ! »*, puisse notre famille rassembler plus d’hommes dans la paix qu’elle n’en a jamais rassemblé dans la guerre.

*« Main rouge d’Irlande ! »

En savoir plus sur le contre-amiral Auguste O’Neill.